Top 5 : Ils sont passés à l’ennemi .

17 Aug

Top 5 : Ils sont passés à l'ennemi

Son maillot brûlé, des noms d’oiseaux qui accompagnent son départ sur tous les réseaux sociaux : Robin van Persie savait qu’en quittant Arsenal pour Manchester United, il déclencherait la foudre des supporters londoniens. Personne n’avait osé depuis Viv Anderson en 1987 (!). Le voilà désormais rangé dans la catégorie des traîtres. Qu’il se rassure, il n’est pas le seul à être passé à l’ennemi. Notre top 5. 

1. LUIS FIGO DE BARCELONE AU REAL MADRID (été 2000) 

Un porc. Voilà à quoi les supporters du FC Barcelone ont assimilé Luis Figo, coupable d’avoir rejoint le Real Madrid après cinq ans de bons et loyaux services. C’est deux ans après son transfert dans la capitale madrilène que le Portugais a vu le Camp Nou lui déverser sa haine en lui jetant divers objets lors d’un corner et notamment une tête du susnommé mammifère. C’est dire à quel point ils lui en ont voulu de son passage chez l’ennemi en 2000. A l’époque, le Portugais brille pourtant en Catalogne (deux titres en Liga et une Coupe de l’UEFA). Mais il en veut plus et signe, montant record à l’époque, pour 61 millions d’euros chez les Merengue. Il y remportera deux nouveaux championnats mais surtout un Ballon d’Or et une Ligue des champions. “Je pense toujours avoir fait le bon choix en signant au Real“, disait-il en novembre dernier. 

2. SOL CAMPBELL DE TOTTENHAM A ARSENAL (été 2001) 

Quand un joueur dit qu’il ne quittera jamais le club de son coeur (ici Tottenham), et surtout pour l’ennemi public n°1 (ici Arsenal), c’est le moment de s’inquiéter. En 2001, les supporters des Spurs ne pensaient pas avoir de quoi. Leur défenseur et capitaine Sol Campbell, alors au club depuis neuf ans, était pourtant en fin de contrat et il ne gagnait pas de titres. Mais il déclarait à qui voulait l’entendre, et notamment dans le magazine des fans, qu’il ne partirait jamais. Après des mois de déclaration d’amour, l’international anglais a finalement fait ses valises pour rejoindre Arsenal, l’autre club du Nord de Londres, celui que tous les supporters des Spurs apprennent à détester dès leur plus tendre enfance. Et le pire, c’est qu’il n’a rien couûté aux Gunners. Depuis, Campbell ne répond qu’au doux nom de Judas pour eux. 

3. WILLIAM GALLAS DE CHELSEA A ARSENAL (2006) PUIS D’ARSENAL A TOTTENHAM (2010) 

William Gallas cumule. Chelsea, Arsenal puis Tottenham : il est à ce jour le seul joueur à avoir porté ses trois maillots et donc à compter autant d’ennemis à Londres. Pour quitter les Blues, dont il n’acceptait pas la prolongation de contrat après trois saisons pleines, il aurait même menacé d’inscrire des csc ou de se faire sciemment expulser. Le Français ajoute donc l’art à la manière. Il se retrouve donc à Arsenal, en devient le capitaine avant de rejoindre l’ennemi juré des Gunners à Londres : Tottenham. Une sorte de grand chelem pour le défenseur central. Harry Redknapp, coach des Spurs, a bien tenté de le défendre :  “Qu’est ce qu’il a fait de mal ? Ce n’est pas l’éventreur du Yorkshire que j’engage, si ? C‘est un footballeur. Simplement.” Allez expliquer cela aux supporters d’Arsenal… 

 

4. NICK BARMBY D’EVERTON A LIVERPOOL (été 2000) 

Ce qui restera de Nick Barmby ? Ce ne sont ni ses 23 sélections en équipes d’Angleterre, ni son palmarès (une Coupe de l’UEFA). Sa carrière restera marqué par cet été 2000. Barmby, qui sort de quatre grosses saisons à Everton, devient le premier joueur depuis 1959 à passer des Toffees à Liverpool, deux clubs qui entretiennent la rivalité la plus aigue en Premier League. Comme tout se paie,  Barmby finira sa carrière dans l’anonymat le plus total à Hull City et ne remettra plus jamais les pieds à Liverpool. 

5. ALAIN GIRESSE DE BORDEAUX A MARSEILLE (été 1986) 

En 1986, Alain Giresse est l’une des grandes stars du championnat de France et le joueur emblématique des Girondins de Bordeaux, champions en 1984 et 1985. Mais au retour de la Coupe du monde 1986, Bernard Tapie parvient à convaincre le membre du carré magique des Bleus de rejoindre l’OM. Pourtant Giresse avait donné son accord pour rester à Bordeaux. Claude Bez, le sulfureux président des Girondins, se sent trahi : “Giresse n’a pas de parole. On ne le regrettera pas ici, c’est un joueur fini. Giresse est mort pour les Girondins de Bordeaux. Il est interdit de siège. Il n’aura pas le droit au jubilé que nous accordons aux serviteurs du club“. A son retour à Lescure sous le maillot de l’OM, Giresse aura le droit à un traitement tout particulier de Gernot Rohr qui lui infligera quelques tacles à broyer la pierre avant de se faire expulser dès la 22e minute. 

ET AUSSI… 

On ne compte plus les rivalités dans le football et les transferts, de plus en plus fréquents, entre clubs ennemis. Parmi eux, on rappellera celui de l’Allemand Bernd Schuster passé après huit ans au Barça au Real Madrid en 1988 puis ensuite à l’Atletico. La totale. En France, l’axe Saint-Etienne-Lyon a fonctionné, entre autres, pour Grégory Coupet et Bafetimbi Gomis. Celui entre Paris et Marseille pour Frédéric Déhu, Fabrice Fiorèse, Lorik Cana et tant d’autres encore… 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: